Danse-thérapie

Sophie Ceylon exerce au sein de l’unité de Psychiatrie-Psychotraumatologie-Addictologie de l’hôpital Tenon à Paris. Ce service est également spécialisé dans la prévention du risque suicidaire. Les patients accueillis en hospitalisation souffrent de troubles psychiatriques en lien avec les différents psychotraumatismes vécus et les addictions à divers toxiques.

La danse-thérapie mobilise le média corporel et par là-même met en jeu le corps. Elle est une expérimentation de nouvelles possibilités d’expression, de perception et de communication corporelle en réveillant le plaisir fonctionnel et réorganise l’expérience motrice. Elle permet d’intégrer de nouvelles expériences, de dynamiser et de consolider les limites de soi. Le travail sur le corps par la médiation corporelle permet de développer une prise en charge de soi et de son état de santé complémentaire à d’autres approches (psychothérapie, psychanalyse, art-thérapie, drama-thérapie, méditation, etc.). Il est le lieu d’émergences de mouvements, d’émotions, de ressentis, de paroles et de prises de conscience de soi. Les patients y sont interpellés dans leur constitution, leur histoire, leurs brèches, leurs points forts et les points solides et rassurants sur lesquels ils peuvent s’appuyer. Il sollicite la mémoire des rencontres avec autrui et le monde, corporellement inscrites, dans des formes toniques, posturales et motrices.
Un groupe de parole se forme à la suite des ateliers afin d’avoir un espace pour verbaliser et échanger ses émotions et ses ressentis vécus pendant la séance et établir des liens avec les états psychiques des patients.

La danse-thérapie ouvre une perspective complémentaire aux patients dans leur devenir de patients actifs dans leur processus de soin et de prise en charge de leurs troubles psychiatriques.

Des ateliers de danse-thérapie peuvent être proposés sur demande. N’hésitez pas à contacter Sophie Ceylon.

Une interview d’Isabelle Paolini pour l’émission « Rencontre » sur RCJ à écouter.